中文  
Conférence de presse du 22 janvier 2024 tenue par le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin
2024-01-22 23:45

Shenzhen TV : Cette année marque le 50e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et le Brésil. Le 19 janvier, Wang Yi, membre du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et ministre des Affaires étrangères, s’est rendu au Brésil. Pouvez-vous nous en dire plus sur les points forts de la visite du ministre des Affaires étrangères Wang Yi au Brésil, ainsi que sur les résultats et le consensus auquel les deux parties sont parvenues lors des réunions ?

Wang Wenbin : Récemment, Wang Yi, membre du Bureau politique du Comité central du PCC et ministre des Affaires étrangères, s’est rendu au Brésil et en Jamaïque sur invitation.

Au cours de sa visite au Brésil, le ministre des Affaires étrangères Wang Yi a rencontré respectivement le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva, le vice-président Geraldo Alckmin et le conseiller du président brésilien Celso Amorim. Il a également coprésidé le quatrième Dialogue stratégique global Chine-Brésil au niveau des ministres des Affaires étrangères avec le ministre des Affaires étrangères Mauro Vieira et ils ont rencontré conjointement la presse. Depuis le premier jour où le Brésil a établi des relations diplomatiques avec la Chine, le Brésil a publiquement soutenu le principe d’une seule Chine et y a adhéré, et il s’en tiendra à cette position, a souligné le président Luiz Inácio Lula da Silva. Le Brésil est optimiste quant aux perspectives de développement de la Chine et espère s’inspirer de l’expérience chinoise en matière de gouvernance du pays et ajouter sans cesse de nouvelles dimensions à la coopération avec la Chine. Le Brésil partage avec la Chine un large consensus sur de nombreuses questions majeures et espère travailler avec la Chine pour améliorer la gouvernance mondiale et accroître la force collective des pays en développement et leur droit à la parole dans les affaires internationales. La partie brésilienne a également espéré faire de l’accueil du sommet des dirigeants du G20 à Rio de Janeiro une occasion de renforcer les échanges de haut niveau avec la Chine, d’insuffler un fort élan aux relations bilatérales et de porter l’amitié et la coopération entre les deux pays vers les 50 prochaines années avec des perspectives plus larges.

Wang Yi a rappelé que le Brésil était le premier pays en développement à établir un partenariat stratégique avec la Chine et le premier grand pays d’Amérique latine à avoir fait évoluer les relations bilatérales vers un partenariat stratégique global. Les relations avec le Brésil ont toujours été une priorité de la diplomatie chinoise, et la Chine soutient fermement le Brésil dans l’accélération de son développement économique et social et dans son rôle accru dans les affaires internationales et régionales. La Chine est disposée à saisir l’occasion du 50e anniversaire des relations diplomatiques pour forger ensemble les 50 prochaines années d’or pour les relations bilatérales. Au cours de la visite, les deux parties sont parvenues à une série de consensus :

Premièrement, les deux parties mettront conjointement en œuvre l’important consensus atteint par les chefs d’État des deux pays, renforceront la confiance stratégique mutuelle et continueront à se comprendre et à se soutenir mutuellement sur les questions liées à leurs intérêts fondamentaux et à leurs préoccupations majeures. Deuxièmement, les deux parties continueront à faire progresser la coopération mutuellement bénéfique, dans l’intérêt des deux peuples. La Chine et le Brésil travaillent ensemble dans des domaines allant de l’espace au soja. Les deux parties adhéreront au concept d’ouverture, d’inclusion et de coopération gagnant-gagnant, renforceront la synergie des stratégies de développement et porteront la coopération dans divers domaines à un niveau supérieur. Troisièmement, les deux parties renforceront conjointement les échanges culturels et entre les peuples, renforceront la base de l’amitié entre les peuples chinois et brésilien, s’accorderont mutuellement des facilités en matière de visas et développeront les échanges de personnel dans les deux sens. Quatrièmement, les deux parties assumeront conjointement leur sens des responsabilités en tant que grands pays et construiront une communauté d’avenir partagé pour l’humanité. Les deux parties renforceront la communication et la coordination, défendront les intérêts communs des pays en développement, promouvront un monde multipolaire égal et ordonné et une mondialisation économique profitable à tous et inclusive, et construiront une communauté d’avenir partagé entre la Chine et le Brésil, et entre la Chine et l’Amérique latine.

Au cours de sa visite en Jamaïque, le ministre des Affaires étrangères Wang Yi a rencontré respectivement le Premier ministre Andrew Holness et la ministre des Affaires étrangères Kamina Johnson Smith et s’est entretenu avec eux. La partie jamaïcaine a déclaré qu’elle continuerait à adhérer fermement au principe d’une seule Chine, placerait les relations Chine-Jamaïque au premier plan et s’efforcerait de mettre en place un partenariat stratégique solide entre la Jamaïque et la Chine. La modernisation à la chinoise est un exemple de développement de haute qualité. La Jamaïque admire les réalisations remarquables de la Chine et espère s’inspirer de l’expérience réussie de la Chine pour parvenir à un développement plus efficace et plus équitable. Le ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, a souligné que la Chine défendait l’égalité entre tous les pays, quelle que soit leur taille, une plus grande démocratie dans les relations internationales et la non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays, et qu’elle ne rechercherait pas la rivalité géopolitique et ne forcerait pas les autres pays à choisir leur camp. La Chine respecte le choix de la Jamaïque d’un système et d’un mode de vie ayant ses propres caractéristiques, soutient la Jamaïque dans la sauvegarde de sa souveraineté, de son indépendance et de sa dignité nationale, ainsi que dans son rôle accru dans les affaires régionales et internationales. La Chine espère renforcer la synergie des stratégies de développement, élargir la coopération en matière de commerce, d’investissement, d’énergie renouvelable, d’agriculture, d’économie numérique, d’économie bleue et d’autres domaines, et renforcer les échanges culturels et entre les peuples avec la Jamaïque.

La visite du ministre des Affaires étrangères Wang Yi dans six pays d’Afrique, d’Amérique latine et des Caraïbes s’inscrit dans la tradition de 34 ans qui fait de l’Afrique la première destination à l’étranger du ministre chinois des Affaires étrangères au début de l’année. Elle reflète le fait que la Chine, en tant que membre du Sud global, partage le même avenir avec les pays en développement. La Chine se rangera du côté de la justice et de l’équité, et soutiendra les pays en développement, en particulier les petits et moyens pays. Nous promouvrons un monde multipolaire égal et ordonné et une mondialisation économique profitable à tous et inclusive, construirons une communauté d’avenir partagé pour l’humanité avec tous les pays, et apporterons de nouvelles contributions au développement et au progrès de l’humanité.

Associated Press of Pakistan : Après que l’Iran et le Pakistan ont mené respectivement des frappes transfrontalières la semaine dernière, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a déclaré que la Chine était disposée à jouer un rôle constructif pour apaiser la situation. À notre connaissance, le vice-ministre des Affaires étrangères Ma Zhaoxu a eu un appel téléphonique avec le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Ali Bagheri Kani hier soir, et le vice-ministre Sun Weidong est récemment en visite au Pakistan. La Chine joue-t-elle un rôle de médiateur entre l’Iran et le Pakistan ?

Wang Wenbin : La Chine maintient une communication étroite avec l’Iran et le Pakistan. Je tiens à souligner que l’Iran et le Pakistan sont des voisins amicaux et qu’ils sont tous deux de bons amis de la Chine. La Chine s’est engagée à maintenir la paix et la stabilité régionales et internationales et soutient l’Iran et le Pakistan dans la poursuite de la résolution de leurs différends par le dialogue et la consultation. Nous aimerions continuer à jouer un rôle positif et constructif dans l’amélioration des relations entre l’Iran et le Pakistan en fonction des besoins des deux pays.

China News Service : Lors de la réunion annuelle 2024 du Forum économique mondial la semaine dernière, le directeur de l’office national suisse du tourisme a déclaré que la Suisse espérait s’inspirer de la Chine, attirer plus de visiteurs chinois et partager les ressources de l’économie de la glace et de la neige. Le fait que la Suisse demande à participer au concours touristique est devenu un sujet populaire en ligne en Chine. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

Wang Wenbin : Nous avons également pris note des rapports concernés. Selon un rapport publié par l’Académie chinoise du tourisme, la saison 2023-2024, deuxième saison de glace et de neige après les Jeux olympiques d’hiver de Beijing, devrait accueillir plus de 400 millions de voyages de tourisme de glace et de neige à travers la Chine, ce qui constituera un record, et les recettes du tourisme de glace et de neige atteindront 550 milliards de RMB. L’explosion de la consommation de vacances en Chine et la prospérité de l’économie du tourisme de glace et de neige donnent un élan puissant au marché mondial du tourisme et démontrent la forte vitalité de l’économie chinoise.

Comme l’a souligné le Premier ministre Li Qiang dans son discours spécial lors de la cérémonie d’ouverture de la réunion annuelle du Forum économique mondial 2024, la Chine dispose d’un marché de très grande taille avec une demande qui se libère rapidement. Le marché chinois, avec son vaste espace et sa profondeur croissante, jouera un rôle important dans la stimulation de la demande mondiale globale.

Les rivières limpides et les montagnes vertes valent leur pesant d’or. Les destinations touristiques hivernales sont devenues populaires dans tout le pays. Cela reflète le pouvoir d’achat croissant des touristes chinois et leur demande croissante en matière de tourisme. Cela montre également la conviction et la confiance de l’économie chinoise dans la capacité à naviguer contre vents et marées. C’est aussi l’occasion pour la Chine, la Suisse et d’autres pays d’approfondir une coopération mutuellement bénéfique. Nous continuerons à explorer et à libérer la demande du marché, à fournir un espace plus large pour stimuler le commerce et l’investissement mondiaux, et à donner un élan plus fort à la reprise économique mondiale.

Nippon Television : Selon les rapports, un groupe de techniciens informatiques nord-coréens fait des affaires dans la ville de Beijing et gagne des devises étrangères. Certains analystes ont souligné qu’il pourrait s’agir d’une violation des sanctions du Conseil de sécurité des Nations Unies. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

Wang Wenbin : Je n’en suis pas au courant. En ce qui concerne la mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité, la Chine a toujours respecté pleinement et consciencieusement ses obligations internationales.

Bloomberg : Le président récemment réélu de la République démocratique du Congo a déclaré dans son discours d’investiture que les détails de la redevance pour le projet Sicomines seraient renégociés. Cette question a été abordée lorsqu’il a rencontré les dirigeants chinois lors de sa visite en Chine l’année dernière. Pouvez-vous confirmer les détails de cette renégociation de l’accord sur les redevances minières ? Et pouvez-vous nous donner des détails sur la date et les modalités de paiement ?

Wang Wenbin : Je n’ai pas d’informations sur ce que vous avez mentionné. Je vous recommande de consulter les services compétents chinois.

Ukrainian News Agency : La semaine dernière, lors du Forum économique mondial de Davos, la nécessité d’un dialogue direct entre les dirigeants de l’Ukraine et de la Chine a été mentionnée à de nombreuses reprises. Comment évaluez-vous les perspectives d’un tel dialogue ? Y a-t-il peut-être des négociations entre les ministres des Affaires étrangères des deux pays ?

Wang Wenbin : La Chine et l’Ukraine maintiennent des canaux de communication fluides et échangent leurs points de vue sur des questions d’intérêt commun. Les deux parties continueront à s’engager dans des échanges à la lumière des besoins des relations bilatérales.

Reuters : Deux commissions du Congrès américain chargées d’enquêter sur les menaces pour la sécurité et les risques posés par la Chine examinent les activités de la société suisse d’ingénierie ABB en Chine, en particulier l’installation d’équipements ABB par la société chinoise Shanghai Zhenhua Heavy Industries (ZPMC) sur des grues de conteneurs à quai à destination des États-Unis. Ces deux commissions cherchent à clarifier les relations entre ces deux entreprises. Comment le ministère des Affaires étrangères réagit-il à cette affaire et a-t-il pris contact avec ZPMC à ce sujet ?

Wang Wenbin : Il semble que la paranoïa de certains hommes politiques américains s’aggrave.

Je tiens à demander à ces hommes politiques : Pourquoi continuent-ils à accuser les entreprises chinoises de menacer la sécurité nationale des États-Unis alors sans aucune preuve ? Pourquoi ce sont toujours les champions industriels chinois qui sont visés en tant que « menaces » pour la sécurité nationale des États-Unis ? Pourquoi les États-Unis contraignent-ils d’autres pays à interdire les entreprises chinoises alors que ces pays ne se sentent pas du tout menacés par les produits chinois ?

Qu’il s’agisse d’accuser les fabricants chinois de technologies de l’information de laisser des « portes dérobées » dans leurs produits, de qualifier les grues chinoises de « chevaux de Troie » qui collectent des renseignements ou encore d’accuser les piles des voitures électriques produites en Chine de nuire à la sécurité nationale des États-Unis, certains politiciens américains ont gonflé la bulle de la « menace chinoise », tout en dévoilant leur véritable objectif, qui est de réprimer le développement de la Chine au nom de la sécurité nationale. Pour ces politiciens américains, tout progrès de la Chine peut être une « menace » et doit être stoppé par tous les moyens ; peut-être que les chemises et les chaussettes sont les seuls types d’exportations chinoises qui ne menacent pas les États-Unis. C’est purement de l’intimidation et de l’hégémonisme.

Les politiciens américains parlent de respecter les règles, mais ce qu’ils font en réalité, c’est les ignorer et les saper ; ils parlent de concurrence loyale, mais en réalité, ils font tout leur possible pour réprimer leurs concurrents et priver d’autres pays de leur droit légitime au développement. Ces actes méprisables doivent être condamnés et rejetés par la communauté internationale.

CCTV : Certains médias étrangers affirment que, depuis un certain temps, les talents internationaux sont « réticents » à travailler et à vivre à Hong Kong, et qu’il y a même une tendance à la « fuite des talents ». Quel est le commentaire du ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

Wang Wenbin : De tels commentaires manquent de base factuelle et de respect pour le fait que Hong Kong reste le pôle des talents mondiaux, dénigrant de manière irresponsable la situation de Hong Kong en matière de liberté et de droits de l’homme, ce qui induit gravement le public en erreur. En réalité, l’attrait de Hong Kong pour les talents internationaux ne cesse de croître. Selon les statistiques du gouvernement de la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong, entre la mi-2022 et la mi-2023, l’afflux net de résidents de Hong Kong s’est élevé à 174 000. Il n’y a pas de « fuite des talents » à Hong Kong. De janvier à novembre 2023, le gouvernement de la RAS a reçu plus de 200 000 demandes dans le cadre de divers programmes de promotion des talents. Parmi elles, plus de 120 000 demandes ont été approuvées et 80 000 talents sont arrivés à Hong Kong, ce qui a largement dépassé l’objectif annuel d’admission d’au moins 35 000 talents. Par ailleurs, l’Institut international pour le Développent du Management de Lausanne, en Suisse, a publié le rapport sur les talents dans le monde 2023, qui montre que Hong Kong se classe au deuxième rang en Asie en termes de compétitivité des talents. Ces chiffres et ces faits montrent parfaitement que Hong Kong reste une destination appréciée et privilégiée par les talents mondiaux.

Hong Kong est entrée dans une nouvelle phase où la région a rétabli l’ordre et est prête à prospérer. Les habitants y mènent une vie heureuse et jouissent de droits et de libertés légitimes. Cette situation a créé un environnement sans précédent et des rares opportunités pour les talents chinois et étrangers qui veulent créer et développer des entreprises à Hong Kong. Nous sommes convaincus que dans le cadre du principe « Un pays, deux systèmes », l’avantage unique de Hong Kong de bénéficier du soutien de la mère patrie et d’être ouvert sur le monde se renforcera encore. Hong Kong poursuivra les progrès dans divers domaines économiques et sociaux. L’attrait de la région pour les talents internationaux sera encore accru.

Le gouvernement central de la Chine soutiendra toujours la RAS de Hong Kong dans ses efforts pour attirer les talents internationaux, créer de nouveaux avantages et accueillir les talents mondiaux de tous les secteurs afin de partager les opportunités de développement de Hong Kong et d’ouvrir un avenir plus radieux pour Hong Kong.

Global Times : Après que la Commission électorale nationale indépendante des Comores a annoncé le 16 janvier que le président sortant Azali Assoumani avait remporté le premier tour de l’élection présidentielle avec 62,97 % des voix, des manifestations ont éclaté dans de nombreux endroits du pays, et les États-Unis, l’Union européenne et la France ont publié des déclarations remettant en cause le résultat de l’élection. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : L’élection présidentielle est une affaire interne des Comores. La Chine a toujours défendu le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays et respecte la volonté et le choix du peuple comorien. En tant que bon ami et bon partenaire des Comores, la Chine souhaite la stabilité sociale aux Comores et la continuité de ses politiques intérieures et étrangères, et espère que les parties concernées exprimeront leurs demandes par des moyens légaux. La communauté internationale devrait jouer un rôle constructif à cet égard, mais ne doit pas recourir à l’ingérence. Dans le cas contraire, cela serait contre-productif.

La Chine est disposée à travailler avec ses partenaires internationaux pour aider les Comores à maintenir la stabilité sociale et à jouer un rôle positif dans le maintien de la paix et du développement dans la région.

Bloomberg : Dans votre réponse précédente sur la visite du ministre des Affaires étrangères Wang Yi au Brésil, vous avez dit que la Chine soutenait le Brésil pour qu’il joue un rôle plus important dans les affaires régionales. Le nouveau gouvernement argentin a-t-il été abordé dans le cadre de la discussion sur le rôle du Brésil dans les affaires latino-américaines et sur la manière dont la Chine peut y contribuer ?

Wang Wenbin : Je viens de vous informer de la visite du ministre des Affaires étrangères Wang Yi au Brésil. J’aimerais profiter de cette occasion pour vous donner plus de détails sur les relations Chine-Argentine.

La Chine et l’Argentine sont toutes deux de grands pays en développement et d’importants marchés émergents, et nous sommes l’un pour l’autre des partenaires stratégiques globaux. Ces dernières années, la Chine et l’Argentine ont fait progresser la coopération dans le cadre de l’Initiative « la Ceinture et la Route ». Les deux parties ont signé d’importants documents de coopération, notamment le protocole d’accord sur l’Initiative « la Ceinture et la Route » et le plan de coopération. Nous sommes disposés à travailler avec l’Argentine pour cimenter la confiance mutuelle politique, renforcer la coopération de haute qualité dans le cadre de l’Initiative « la Ceinture et la Route », exploiter nos avantages complémentaires, approfondir la coopération sur un pied d’égalité et mutuellement bénéfique dans divers domaines et faire progresser le développement continu et stable du partenariat stratégique global Chine-Argentine. En attendant, la Chine est disposée à travailler avec l’Argentine pour renforcer davantage la coopération entre la Chine et l’Amérique latine.

Suggest To A Friend
  Print