中文  
Conférence de presse du 25 janvier 2024 tenue par le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin
2024-01-25 22:35

AFP : L’Union européenne a annoncé hier un plan visant à renforcer la sécurité économique et à empêcher les rivaux géopolitiques d’avoir accès à des technologies sensibles, dans le cadre de la stratégie de « réduction des risques » à l’égard de la Chine prônée par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Comment la Chine perçoit-elle le plan publié hier par l’Union européenne (UE) ?

Wang Wenbin : Nous avons pris note de ce rapport. Ces dernières années, la communauté internationale a exprimé ses inquiétudes quant aux mesures protectionnistes et unilatérales de l’UE dans les domaines économique et de commercial, et ces mesures ne feront qu’exacerber ces inquiétudes. Nous espérons que l’UE respectera les normes fondamentales de l’économie de marché, notamment le libre-échange, la concurrence loyale et la coopération ouverte, qu’elle observera les règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et qu’elle évitera d’introduire des politiques et des mesures susceptibles de faire reculer la mondialisation et d’étendre à l’excès le concept de sécurité. Cela a une incidence sur l’image de l’UE dans le domaine économique et commercial international, et plus encore sur la confiance des entreprises de Chine et d’autres pays dans l’environnement commercial de l’Europe.

The Paper :  Le magazine américain Foreign Policy a publié un article il y a quelques jours, soulignant que la crise actuelle de la mer Rouge prouve que l’Initiative « la Ceinture et la Route » de la Chine est très importante, car elle constitue un modèle dont chaque pays a besoin à une époque d’incertitude et de perturbations. Dans un monde en proie à la méfiance et à des crises imprévisibles, Il n’existe qu’une seule voie pour prendre des mesures collectives significatives dans l’intérêt public mondial : construire davantage de voies d’approvisionnement pour réponde à la demande. Plus de ceintures, plus de routes. C’est exactement ce que fait l’Initiative « la Ceinture et la Route ». La Chine est le seul pays qui le sait et qui agit en conséquence depuis des années. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

Wang Wenbin : Nous avons pris note de l’article ainsi que d’un autre article récent publié par le magazine américain The Diplomat, envisageant la possibilité d’une complémentarité entre l’Initiative « la Ceinture et la Route » et les programmes de construction d’infrastructures proposés par les pays occidentaux et affirmant qu’ils ne sont pas des rivaux purs et simples. Ce que ces deux articles ont souligné sont simplement des faits objectifs que toute personne sans lunettes teintées peut voir d’un coup d’œil.

Au cours des dix dernières années, depuis que le président Xi Jinping a proposé l’Initiative « la Ceinture et la Route » (ICR), la construction conjointe de « la Ceinture et la Route » s’est étendue du continent eurasiatique à l’Afrique et à l’Amérique latine, et est passée d’une liaison matérielle à immatérielle, puis à une communion des cœurs. L’ICR a mis en place la plus grande plateforme au monde qui couvre le plus large éventail de la coopération internationale. Grâce à la coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route », la coopération en matière d’infrastructures, d’interconnexion et d’autres domaines a bénéficié d’une grande attention dans le monde entier, ce qui a donné une forte impulsion pour maintenir la stabilité des chaînes industrielles et d’approvisionnement internationales et stimuler la croissance inclusive et durable de l’économie mondiale. La vision de la construction conjointe de haute qualité de « la Ceinture et la Route » soutenue par le principe dit « concertation, synergie et partage », le concept de coopération ouverte, verte et propre, et une approche de haut niveau, centrée sur les personnes et durable, a été incorporée dans des documents importants des Nations Unies et des mécanismes régionaux multilatéraux, ce qui démontre l’aspiration commune et le consensus fort pour la coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route » au sein de la communauté internationale.

Alors que le monde entre dans une nouvelle période de turbulences et de transformations, de plus en plus de personnes sont conscientes de la valeur contemporaine et de l’importance mondiale de l’Initiative « la Ceinture et la Route ». L’ICR préconise l’approche de « concertation, synergie et partage », au lieu de la suprématie. L’ICR favorise l’interconnexion au lieu du découplage ou de la division. L’ICR recherche la coopération gagnant-gagnant, au lieu de l’antagonisme ou de la confrontation. La Chine est disposée à travailler avec tous les pays pour approfondir la coopération internationale dans le cadre de « la Ceinture et la Route », construire davantage de « ceintures de développement » et de « routes du bonheur » afin d’apporter de plus grandes contributions à la réalisation d’une modernisation mondiale caractérisée par un développement pacifique, une coopération mutuellement bénéfique et la prospérité pour tous.

Reuters : Le 24 janvier, Boeing a livré son premier Boeing 737 MAX 8 à China Southern Airlines à Seattle depuis mars 2019. C’est la première fois depuis mars 2019 que Boeing effectue une livraison du modèle 737 MAX à une compagnie aérienne chinoise. Pourquoi la Chine a-t-elle repris les livraisons alors que la sécurité des avions Boeing fait l’objet d’un examen minutieux ?

Wang Wenbin : Pour les questions relatives à des activités commerciales spécifiques, je vous recommande de consulter les entreprises concernées. Ce que je peux partager avec vous, c’est que le 8 décembre 2023, les services compétents chinois ont achevé l’approbation de la conception du Boeing 737 Max 8 conformément à la réglementation de l’aviation civile chinoise, et l’avion a été jugé prêt à être livré.

Beijing Daily : Le Bureau d’État pour la propriété intellectuelle a récemment déclaré qu’à la fin de 2023, la Chine (à l’exclusion de Hong Kong, Macao et Taïwan) avait possédé 4,015 millions de brevets d’invention nationaux, ce qui a fait d’elle l’un des principaux pays au monde dans le domaine de la propriété intellectuelle. Comment voyez-vous l’impact sur le monde des réalisations de la Chine en matière d’innovation et de protection des droits de propriété intellectuelle (DPI) ?

Wang Wenbin : Le nombre de brevets d’invention est un indicateur important pour mesurer le développement scientifique et technologique et la croissance économique d’un pays. En 1985, la Chine a officiellement mis en œuvre sa première loi sur les brevets. Il a fallu 31 ans à la Chine pour que le nombre de brevets d’invention nationaux en vigueur dépasse le premier million, et seulement un an et demi pour qu’il dépasse le quatrième million. La Chine est devenue le premier pays au monde avec plus de 4 millions de brevets d’invention nationaux en vigueur. L’élan pour l’innovation et la vitalité pour le développement de la Chine continuent de prospérer et de s’améliorer.

Selon l’indice mondial de l’innovation 2023 publié l’année dernière par l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, la Chine s’est classée au 12e rang, devenant ainsi l’économie à revenu intermédiaire la mieux classée au monde, et s’est hissée pour la première fois au premier rang mondial en termes de nombres de 100 premiers groupements scientifiques et technologiques mondiaux qu’elle possède. Cela montre que la communauté internationale a hautement reconnu la capacité d’innovation de la Chine.

En renforçant la protection des DPI, la Chine a créé de nouvelles opportunités pour développer une coopération mutuellement bénéfique avec d’autres pays. Ces dernières années, la Chine a continué à améliorer les mécanismes de coopération internationale en matière de propriété intellectuelle et a établi des relations de coopération dans ce domaine avec plus de 80 pays, régions et organisations internationales. Nous avons activement répondu aux préoccupations et aux demandes des entreprises à capitaux étrangers en matière de propriété intellectuelle, nous avons strictement protégé leurs droits de propriété intellectuelle conformément à la loi et nous sommes restés déterminés à créer un environnement commercial internationalisé, orienté vers le marché et fondé sur le droit. Les entreprises à capitaux étrangers sont de plus en plus satisfaites de la protection des DPI en Chine, et de plus en plus d’entreprises étrangères sont venues investir et faire des affaires en Chine pour partager les dividendes du développement de la Chine et les opportunités de son méga-marché.

Avec une capacité d’innovation scientifique et technique renforcée, la Chine a fourni de nouvelles forces motrices pour le développement vert et durable dans le monde. La Chine a pleinement exploité le rôle des brevets dans la promotion de l’innovation scientifique et technique et dans le développement de nouvelles industries et de nouveaux domaines pour stimuler le développement rapide des industries vertes et à faibles émissions de carbone, représentées par les véhicules électriques, les batteries au lithium et les cellules solaires. Les principales entreprises chinoises qui se classent parmi les dix premiers vendeurs de véhicules à énergies nouvelles détiennent plus de 100 000 brevets internationaux en vigueur, et ce nombre est en croissance rapide. Le taux de croissance des demandes de brevets internationaux pour les batteries à électrolyte solide et le nombre de demandes de brevets internationaux pour les batteries solaires en Chine sont parmi les plus élevés au monde, ce qui a efficacement stimulé le développement des technologies vertes et à faibles émissions de carbone et des industries futures dans le monde.

Les réalisations de la Chine en matière de développement de la propriété intellectuelle sont devenues une marque distincte de son développement de haute qualité et de la modernisation à la chinoise. À l’avenir, nous sommes convaincus que le potentiel de la Chine en matière de développement axé sur l’innovation sera davantage exploité, ce qui permettra de jeter les bases pour un développement de haute qualité et la construction d’un nouveau modèle de développement, et d’apporter une plus grande contribution au développement axé sur l’innovation dans le monde.

CCTV : Selon certaines informations, l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) a déclaré hier que son centre de formation à Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, avait été touché par deux tirs de chars. Cet incident a fait 9 morts et 75 blessés. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : La Chine a été choquée par la nouvelle attaque contre les installations des Nations Unies à Gaza et nous sommes attristés par les victimes civiles causées par cette attaque. Nous condamnons tous les actes contre les civils et nous nous opposons à toutes les actions qui violent le droit international. La sécurité des installations des Nations Unies doit être protégée. Le recours à la force n’apporte pas de véritable sécurité et le cessez-le-feu est la priorité absolue. La Chine exhorte les parties au conflit à mettre sérieusement en œuvre les résolutions pertinentes adoptées par le Conseil de sécurité et l’Assemblée générale des Nations Unies, à instaurer immédiatement un cessez-le-feu global et à empêcher qu’une catastrophe humanitaire encore plus grave ne se produise.

Yonhap News Agency : Selon les rapports, le 24 janvier, la République populaire démocratique de Corée (RPDC) aurait procédé au premier tir d’essai d’un nouveau missile de croisière stratégique. La Chine était-elle au courant à l’avance du projet de tir d’essai de la RPDC ? Quel est le point de vue de la Chine sur les tensions persistantes dans la péninsule coréenne ?

Wang Wenbin : Nous avons pris note du rapport concerné. La Chine espère que toutes les parties s’en tiendront à la direction du règlement politique, qu’elles résoudront les préoccupations légitimes de chaque partie de manière équilibrée par le biais d’un dialogue constructif et qu’elles œuvreront à l’instauration rapide de la paix et de la sécurité dans la péninsule.

CCTV : La Chine et Singapour viennent de signer un accord d’exemption mutuelle de visa. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : La Chine attache une grande importance aux échanges entre les peuples de Chine et de Singapour. Grâce aux efforts concertés des deux parties, celles-ci ont officiellement signé aujourd’hui à Beijing l’accord entre le gouvernement de la République populaire de Chine et le gouvernement de la République de Singapour sur l’exemption mutuelle de visa pour les titulaires de passeports ordinaires. L’accord entrera en vigueur le 9 février. À partir de cette date, les titulaires de passeports ordinaires des deux pays pourront entrer sans visa dans l’autre pays et y séjourner pour une durée maximale de 30 jours.

L’entrée en vigueur de l’accord avant le Nouvel An chinois du dragon est un cadeau de nouvel an pour les peuples des deux pays, qui renforcera les échanges humains entre la Chine et Singapour et favorisera la progression constante des relations et de la coopération bilatérales dans divers domaines.

Reuters : Le président-directeur général (PDG) de Tesla, Elon Musk, a déclaré hier que les fabricants automobiles chinois étaient les plus compétitifs au monde et qu’ils connaîtraient un succès important en dehors de la Chine, en fonction du type de droits de douane ou de barrières commerciales qui seront mis en place. S’il n’y a pas de barrières commerciales, ils démoliraient la plupart des entreprises automobiles dans le monde. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Je n’ai pas encore vu de rapports concernés. Je voudrais souligner que toutes les parties doivent préserver un environnement commercial équitable, juste, ouvert et non discriminatoire, et respecter les principes de l’économie de marché et les règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Dragon TV : Le festival de musique de Zheng Lvcheng se tient chaque année à Gwangju de la République de Corée, ville natale de Zheng Lvcheng, l’un des plus grands compositeurs de l’histoire moderne de la Chine. Nous avons pris note d’informations récentes selon lesquelles le festival serait réduit, voire annulé, cette année. La salle d’exposition et le parc commémoratif de Zheng Lvcheng, qui sont en cours de construction, pourraient être rebaptisés sans citer son nom. Son grand portrait sur le mur de l’école élémentaire qu’il a fréquentée pourrait également être démoli. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Zheng Lvcheng est un musicien respectable et célèbre. Né à Gwangju, dans le sud de la péninsule coréenne, il a combattu pour le Mouvement d’indépendance antijaponais en Chine dans ses jeunes années, puis a travaillé et vécu en RPDC et en Chine, avant d’être naturalisé chinois. Depuis des années, les localités concernées de la République de Corée construisent spontanément des installations en sa mémoire et organisent des activités culturelles en rapport avec lui, renforçant ainsi l’amitié entre la Chine et la République de Corée. Je tiens à souligner que, lorsqu’un gouvernement commente des personnages nationaux et internationaux célèbres ayant un lien avec l’histoire de son pays, il doit respecter les faits et adopter une position objective et juste. Il ne faut pas adopter une attitude idéologique sur de tels sujets. Pour tout pays, les relations avec d’autres pays et l’amitié entre les peuples ne devraient pas être affectées par ses différends politiques intérieurs.

Reuters : Des chefs d’entreprise japonais se sont rendus en Chine et ont rencontré le Premier ministre Li Qiang cette semaine. Selon les médias japonais, l’une de leurs préoccupations concerne la loi chinoise sur le contre-espionnage et la détention de ressortissants japonais accusés de s’être livrés à des activités d’espionnage. La Chine prendra-t-elle des mesures pour garantir la protection des droits et des intérêts légitimes de la communauté d’affaires japonaise en Chine ?

Wang Wenbin : Tout d’abord, pour répondre à votre question concernant la loi sur le contre-espionnage : selon le principe de souveraineté, chaque pays a le droit de sauvegarder la sécurité nationale par le biais de sa législation nationale, ce qui est une pratique universelle. Toutes les activités policières et judiciaires de la Chine sont menées sur la base de faits et de la loi. Les entreprises qui font des affaires dans le respect de la loi n’ont pas à s’inquiéter. Nous invitons les entreprises de tous les pays, y compris les entreprises japonaises, à saisir les opportunités de développement de la Chine et à partager les dividendes du développement de la Chine, afin de réaliser un plus grand développement.

Vous avez évoqué la visite en Chine de la délégation du secteur économique japonais. J’aimerais vous présenter des informations sur cette visite.

Ce matin, le Premier ministre du Conseil des Affaires d’État Li Qiang a rencontré la délégation du secteur économique japonais, conduite par le président de la Fédération des entreprises du Japon Tokura Masakazu, le président de l’Association économique Japon-Chine Shindo Kosei et le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Japon Kobayashi Ken, au Grand Palais du Peuple. Plus de 200 responsables de grandes entreprises japonaises ont assisté à la réunion.

Le Premier ministre Li Qiang a déclaré que les relations entre la Chine et le Japon se trouvaient à un moment important pour faire le point sur le passé et envisager l’avenir. En novembre de l’année dernière, le président Xi Jinping a rencontré le Premier ministre japonais Fumio Kishida à San Francisco et les deux dirigeants sont parvenus à une série de consensus important, fournissant une orientation stratégique importante pour le développement des relations entre la Chine et le Japon. Tous les secteurs en Chine et au Japon doivent travailler ensemble pour revivre notre aspiration initiale de la normalisation des relations diplomatiques entre les deux pays, adhérer à la bonne direction de la paix, de l’amitié et de la coopération, et mettre en œuvre le consensus politique selon lequel les deux pays devraient être des partenaires coopératifs plutôt que des menaces l’un pour l’autre, de manière à ramener les relations Chine-Japon sur la voie d’un développement sain. La Chine espère que le Japon pourra traiter correctement les questions historiques, les questions liées à Taïwan et les autres questions de principe.

Le Premier ministre Li Qiang a souligné que les économies des deux pays étaient profondément liées. La coopération économique et commerciale joue un rôle important dans nos relations bilatérales en tant que stabilisateur et propulseur. La Chine est disposée à travailler avec le Japon pour exploiter nos potentiels de coopération, continuer à partager les opportunités de développement, soutenir les entreprises de nos deux pays pour renforcer la coopération dans des domaines tels que l’innovation scientifique et technologique, l’économie numérique, le développement vert, les soins de santé et les soins aux personnes âgées, et maintenir conjointement les chaînes industrielles et d’approvisionnement stables et fluides pour une complémentarité de plus haut niveau, un bénéfice mutuel et une situation gagnant-gagnant. Nous espérons que le secteur économique japonais jouera un rôle positif dans l’avancement de la coopération gagnant-gagnant entre la Chine et le Japon. La Chine adhère fermement à sa politique fondamentale d’ouverture sur l’extérieur et continuera à favoriser un environnement des affaires de premier ordre internationalisé, axé sur le marché et fondé sur le droit. Nous invitons les entreprises du Japon et d’autres pays à continuer d’investir en Chine et espérons que le Japon fera davantage d’efforts pour offrir un environnement commercial ouvert, équitable et non discriminatoire aux entreprises chinoises au Japon.

Les chefs des trois groupes du secteur économique japonais ont déclaré que le Japon et la Chine étaient des voisins importants l’un pour l’autre. Ils espèrent que les deux pays reviendront à leur aspiration initiale à l’amitié, renforceront les échanges étroits entre tous les secteurs et à tous les niveaux, et construiront des relations constructives et stables entre le Japon et la Chine sur la base d’intérêts stratégiques mutuels. La Chine est un moteur important de la croissance économique mondiale. Le secteur économique japonais est profondément encouragé par la croissance économique saine et stable de la Chine et souhaite travailler avec la Chine pour renforcer la coopération dans le commerce, la protection de l’environnement, l’économie verte, les soins de santé, la réhabilitation et d’autres domaines, promouvoir les échanges entre les peuples des deux pays, faire progresser la coopération économique régionale et apporter une contribution positive au développement des relations entre le Japon et la Chine, ainsi qu’à la paix et à la prospérité en Asie et dans le monde.

Bloomberg : Vous avez dit que les Japonais devaient travailler plus dur. Quels sont les aspects sur lesquels ils devraient travailler plus dur ? Pouvez-vous nous le dire ?

Wang Wenbin : Je viens de vous informer de la réunion entre le Premier ministre Li Qiang et la délégation du secteur économique japonais. Je voudrais réitérer que les différents secteurs en Chine et au Japon doivent travailler ensemble pour revivre notre aspiration initiale de la normalisation des relations diplomatiques entre les deux pays, adhérer à la bonne direction de la paix, de l’amitié et de la coopération et mettre en œuvre le consensus politique selon lequel ils devraient être des partenaires coopératifs plutôt que des menaces l’un pour l’autre. Nous espérons également que le Japon pourra gérer correctement les questions historiques, les questions liées à Taïwan et les autres questions de principe.

Reuters : Le destroyer de la marine américaine USS John Finn a traversé le détroit de Taïwan mercredi. Quel est le commentaire du ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

Wang Wenbin : Concernant le passage du destroyer américain USS John Finn dans le détroit de Taïwan, le porte-parole du Commandement de Théâtre Est de l’Armée populaire de Libération (APL) a publié une déclaration sur la position de la Chine.

Je tiens à souligner que Taïwan est une partie inaliénable du territoire chinois et que la Chine reste inébranlable dans sa détermination à défendre la souveraineté et l’intégrité territoriale de la nation. La Chine a noté qu’après les élections dans la région de Taïwan, les États-Unis ont pris une série de mesures et de déclarations négatives, qui ont envoyé des signaux erronés aux forces sécessionnistes visant à l’« indépendance de Taïwan ». Ce que les États-Unis ont fait viole le principe d’une seule Chine et les trois communiqués conjoints Chine-États-Unis, et contrevient aux engagements réitérés à plusieurs reprises par les dirigeants américains de ne pas soutenir l’« indépendance de Taïwan », de ne pas soutenir « deux Chines » ou « une Chine, un Taïwan », et de ne pas chercher à utiliser la question de Taïwan comme un outil pour contenir la Chine. Les États-Unis doivent adhérer fermement au principe d’une seule Chine et aux trois communiqués conjoints Chine-États-Unis, cesser immédiatement toute infraction et toute provocation, cesser de créer des troubles qui compromettent la paix et la stabilité dans le détroit de Taïwan et cesser d’envoyer des signaux erronés aux forces sécessionnistes visant à l’« indépendance de Taïwan ».

Suggest To A Friend
  Print